Acceuil / Malwares / Vulnerabilités / Le Parlement européen renforce les contrôles sur l’export des logiciels espions

Le Parlement européen renforce les contrôles sur l’export des logiciels espions

Le Parlement européen a annoncé qu’il prenait des mesures pour limiter l’exportation des technologies de surveillance, y compris les logiciels espions, en dehors de l’Union européenne.

 

Cette mesure ouvre la voie à l’Union européenne pour établir de nouvelles règles de base pour la vente de technologies dites à double usage, qui peuvent être utilisées de manière légitime ou nuisible et qui violent les droits de l’homme.

Markéta Gregorovà, membre du Parlement européen, a déclaré dans un communiqué: La prémisse des nouvelles règles est de limiter la capacité des régimes autoritaires à mettre secrètement la main sur la surveillance électronique européenne.

Les nouvelles barrières de protection comprennent une mise à jour des contrôles européens des exportations, telles que: l’inclusion de normes de licence qui mettent davantage l’accent sur les droits de l’homme, et un système à l’échelle de l’UE qui impose des exigences plus strictes pour la déclaration des exportations aux États membres.

Bernd Lange, membre du Parlement européen, a déclaré dans un communiqué: Le respect des droits de l’homme deviendra une norme d’exportation.

Il a ajouté: C’est une étape importante dans l’Union européenne, où les règles d’exportation des technologies de surveillance ont été convenues pour la première fois, et les intérêts économiques ne devraient pas primer sur les droits de l’homme.

Les législateurs européens à Bezos: Amazon nous espionne-t-il?
Les groupes de défense des droits de l’homme ont tenté de faire des progrès dans la limitation des exportations de logiciels espions ces dernières années dans le monde, mais les tribunaux ont entravé cela, ainsi qu’un manque de volonté politique.

Les contrôles stricts de l’Union européenne sur le transfert de logiciels espions à venir sont un pas en avant pour ceux qui tentent de contrecarrer les violations des droits de l’homme qui peuvent en résulter lorsque les technologies de surveillance tombent entre de mauvaises mains.

Les responsables des Nations Unies ont appelé l’année dernière à mettre un terme à la vente, au transfert et à l’exportation de logiciels espions dans le monde.

Les chercheurs en sécurité ont également appelé à des contrôles plus stricts sur les logiciels malveillants et les outils de surveillance parrainés par l’État.

L’annonce du Parlement européen n’est pas surprenante, car l’Union européenne s’efforce de mieux contrôler les technologies à double usage depuis des années.

Cette décision intervient quatre ans après que la Commission européenne a soumis une proposition sur la façon de vendre les États membres de l’Union européenne à des biens à double usage en dehors du bloc, où les négociateurs ont déclaré: Cela doit inclure des techniques de surveillance à l’esprit.

Les négociateurs ont écrit dans une déclaration explicative: L’Union européenne doit inclure les technologies Internet dans le système de contrôle des exportations de l’UE, afin que cette technologie ne soit pas utilisée pour violer gravement les droits de l’homme, sapant ainsi la sécurité, la démocratie, le pluralisme et la liberté d’expression.

Selon le Parlement européen, l’accord doit être ratifié par la Commission du commerce international, le Parlement et le Conseil.

A propos de admin-ouss

Je suis un Ingénieur en Cybersecurité, passionné par les nouveautés dans le monde cybernétique. Je vous ramène à travers mes articles les nouveautés du monde de la sécurité informatique.

Consulter aussi cet article :

Les cyberattaques et malwares les plus spectaculaires de 2020 !

Rien n’était normal en 2020. Nos idées de travailler à partir de bureaux, de réunions …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *